Mon tour du monde virtuel et écolo!

Un tour du monde écolo jusqu'au bout puisque je ne vais pas vraiment partir!! Pourtant je vais allez explorer ce qui se passe au niveau du tourisme responsable dans d'autres pays et surtout je vais étudier toutes les possibilités pour que mon voyage, s'il avait lieu, influe le moins possible sur la planète. Vous trouverez aussi le Guide évolutif du tourisme responsable, qui rassemble les idées actuelles (et j'attends les vôtres!) pour un voyage au tour du monde...

Derniers posts

Premiére partie

Publié le 16/11/2011, par jumeauetjumelle, dans Guide pour un tourisme responsable, France

Voici le sommaire du guide complet pour ceux qui hésitent, et bien sur toutes les suggestions sont les bienvenues!!

 Pour lire, cliquez ici: Premiére partie

Sommaire :

 

 Première partie  « Le tourisme est comme le feu : il peut faire cuire ta soupe comme il  peut brûler ta maison » (Proverbe asiatique). 

I.)                 Quand le tourisme fait cuire ta soupe

 

II.)              Quand le tourisme peut brûler ta maison

 

→ Un développement économique restreint 

→ Une pression énorme sur l’environnement naturel

  Des problèmes sociaux-culturels 

  

III.)           Des solutions existent !

 

→ Les nouvelles formes de tourisme 

→ La création de bureaux du tourisme 

→ La formation des professionnels 

→ L’engagement des États 

→ Faut-il interdire aux gens de voyager ??

 

  Deuxième partie :Petites et grandes idées pour agir. 

Introduction : les règles de bases.

 

I.)                 Avant de partir

 

→ Choisir une destination « responsable »

→ Partir pour les bonnes raisons

→ Partir pour combien de temps ?

→ Se renseigner sur le pays visité

→ Partir seul ou en groupe ?

→ Partir avec une agence

→ Quand partir ?

→ Hébergement

→ Transport

→ Planifier ses visites

→ Se faire vacciner

→ A emporter ou à laisser ici ?

 

II.)              Profiter de son voyage

 

A.)  Respect des personnes

 

 → Choc culturel

 → Comportement

 → Respect des lois

 

B.)   Respect des lieux

 

→ Ressources naturelles et déchets

→ Faune et flore

→ Respect des sites

→ Respect des lieux de prières

 

C.)   Tourisme et argent

 

→ Comportement

→ Pourboires, cadeaux et mendicité

→ Achats

 

III.)           Souvenirs interdits

 

 → Photos

 → Souvenirs ramassés, cueillis ou achetés

 → Tourisme sexuel impliquant des enfants


Guide évolutif pour un tourisme responsable

Publié le 6/09/2011, par jumeauetjumelle, dans Guide pour un tourisme responsable, France

Un petit hop pour la    DEUXIÈME PARTIE  de mon guide (cliquez sur le lien).

Ce guide est évolutif car ce qui nous semble responsable aujourd'hui peut s'avérer être une erreur demain, plusieurs exemples nous l'ont montré, il n'est pas si loin que ça le temps où il fallait donner des stylos aux enfants... Il évoluera selon vos remarques, vos idées et selon l'évolution du monde!!

Merci donc de m'écrire si vous avez des infos supplémentaires à apporter, si vous n'êtes pas d'accord sur un point, si vous voyez une faute d'orthographe... adeline.lenoir@live.fr

37.jpgVous pouvez utiliser ce guide partiellement en citant ce blog, entiérement avec mon accord, sauf bien sûr à des fins lucratives.


Respect des personnes

Publié le 6/07/2009, par jumeauetjumelle, dans Guide pour un tourisme responsable,

1.) Préparez vous au choc culturel 

 

Même en étant bien renseigné sur le pays qui vous accueil,  vous allez sûrement ressentir une sorte de choc culturel en arrivant, qui va durer plus ou moins longtemps selon la différence qu’il peut y avoir avec votre propre pays, selon les préjugés que vous avez et aussi selon le nombre de cultures différentes que vous aurez déjà pu découvrir. Vous serez fatigué un peu plus vite que d’habitude (surtout avec le décalage horaire), et vous aurez l’impression que les journées comptent pour deux (avec toutes ces choses à découvrir !), alors que le temps passera très vite. En même temps vous souffrirez d’un certain manque de recul et cette période est plus sensible car elle peut donner lieu à des remarques désobligeantes de la part des nouveaux arrivés (c’est un « syndrome » connu pour les guides de groupes…, on le remarque surtout pendant le transfert de l’aéroport à l’hôtel mais après une bonne nuit de sommeil, on trouve des personnes complètement différentes).

 

Il ne faut surtout pas croire que l’échange interculturel est quelque chose d’inné : il est au contraire difficile d’accepter les différences de l’autre sans apporter son propre jugement. Cela demande une réelle préparation qui doit se faire bien avant chaque départ, tout simplement par l’étude du pays.

 

Tout d’abord, évitez absolument les clichés qui courent sur les habitants du pays où vous arrivez. Qu’ils soient positifs ou négatifs, les idées toutes faites sont par définition un frein à la découverte de l’autre. S’ils sont positifs, par exemple « c’est un peuple très accueillant », vous risquez d’être très déçu dés que vous rencontrerez une personne « normale » et vous allez automatiquement tombé dans le cliché inverse « on dit qu’ils sont accueillants mais moi je ne trouve pas ».

De toute façon, positif ou négatif, je n’ai jamais vu un seul pays dont on puisse dire qu’ils sont vrai, ni qu’ils sont faux, ce sont juste des clichés !!

 

Évitez de comparer, même les choses les plus anodines… Vous y gagnerez beaucoup de temps en apprentissage et en ouverture d’esprit !

Les guides sont par exemple horripilés par les remarques du type « oh ben c’est plus simple chez nous ! ».

Dans chaque pays il y a des choses qui vont mieux et d’autres qui vont moins bien, il y a aussi des choses qui nous choquent ou qui nous surprennent. Essayez de comprendre ces choses avant de vous dire « c’est mieux » ou « c’est moins bien ». La seule phrase à garder en tête est « c’est différent ».

 

Ensuite, évitez bien sûr de critiquer… Qui sommes nous donc à part d’humbles touristes… ? De toutes façons lorsque l’on parle de la culture (la nôtre ou celle des autres), il est impossible de juger de façon objective : par définition notre culture c’est ce que nous sommes, ce qui nous fait depuis notre plus jeune âge et même depuis des siècles avant que nous arrivions. Ainsi, personne n’est assez ouvert pour juger celle des autres, ni assez objectif pour juger la sienne.

Un exemple qui me viens toujours en tête sur ce sujet : une grande théorie sur l’Espagne que m’a exposé un jour une jeune fille qui avait pourtant pas mal voyagé… : « mais moi les espagnols je ne les comprends pas, à 14h tous les magasins sont fermés et tout le monde fait la sieste, et quand tu leur demandes pourquoi, ils te disent qu’ils sont fatigués, mais forcément ils mangent à 22h et ils se couchent à minuit alors faut arrêter d’être ridicule, ils n’ont qu’à manger plus tôt et comme ça ils dormiront plus tôt !! ». Il m’avait plutôt semblé que l’Espagne sans les magasins fermés l’après-midi et le repas qui durent jusque tard dans la nuit, ce ne serait plus vraiment l’Espagne…

 

La différence peut être source d’incompréhension : elle est source d’enrichissement, c’est d’ailleurs peut-être pour cette raison que vous êtes là, mais elle peut aussi provoquer un grand nombre de malentendus… Savez-vous par exemple que le  sourire est mal vu dans de nombreux pays ? : c’est un signe d’hypocrisie ! De même, lorsque vous faite un compliment à quelqu’un sur l’un de ses objets, il sera peut-être obligé de vous le donner (par exemple au Maroc, si vous dites à une femme que ses boucles d’oreilles sont magnifiques, elle sera obligée de vous les offrir, croyez-moi c’est très gênant…). Encore un peu plus déroutant : dans beaucoup de cultures,  on ne vous dira jamais « non » ou « je ne sais pas ». Parfois c’est un signe de faiblesse, ou encore c’est un signe de mauvaise éducation, en tous cas, les habitants préfèreront vous donner une réponse fausse (de ce qu’il pense être le plus près de la vérité…) plutôt que de vous dire non : cela arrive très souvent quand on demande son chemin, alors au lieu de croire qu’on vous a menti exprès parce que vous êtes un touriste, essayez de demander votre chemin le plus souvent possible, surtout si la dernière personne a montré le moindre signe d’hésitation.

 

Il faut accepter l’idée que vous pouvez vous sentir moins bien dans certains pays que dans d’autres. Sur les blogs de tourmondistes, il est étonnant de voir ce phénomène, qui peut changer complètement un itinéraire prévu depuis des mois. Les gens peuvent ressentir une différence très importante entre deux pays voisins que tout rapproche, par exemple se plaire énormément au Mexique et ne pas être à l’aise au Guatemala. Cela dépend en fait de l’expérience que vous êtes en train de vivre et ne signifie pas que les gens de ce pays sont peu accueillants. Vous aussi, n’hésitez pas à changer complètement vos plans si vous avez l’impression d’être déçu ou de rencontrer des difficultés d’adaptation.

 


Utilisation de l'eau (extrait du guide)

Publié le 21/06/2009, par jumeauetjumelle, dans Guide pour un tourisme responsable,

102.jpgNe vous fiez pas aux apparences si l’eau de votre douche coule à flot, qu’il y a 7 piscines dans votre club et que même la plage est très bien pourvue en douches, cela ne veut pas dire qu’à quelques centaines de mètres de là les locaux ont de quoi faire pousser leurs récoltes.  Tout d’abord, oubliez la petite pancarte qui vous propose de laver vos draps tous les 2 jours au lieu de tous les jours pour des raisons écologiques, est-ce que vous lavez vos draps tous les 2 jours chez vous ?? Adoptez le même rythme et demander à ce que vos draps ne soient lavés qu’une fois par semaine, et évitez de mettre du sable dans votre lit…

Au lieu de tirer la chasse d’eau, utilisé un récipient que vous aurez apporté d’une contenance d’environ ½ litre (type boîte de glace). La technique est de viser au milieu et de jeter l’eau d’assez haut !

Pour vous doucher, faite le test chez vous : l minute 30 sont largement suffisantes si vous vous mouillez très rapidement, en ne rallumant que pour vous rincer. Si vous êtes plusieurs, essayez de faire un concours de rapidité sous la douche, c’est très efficace mais évitez de tricher 2 fois de suite J.

Vous pouvez aussi vous laver à la manière marocaine : utilisez le même récipient en plastique que celui qui vous sers de chasse d’eau: avec 1.5 remplissages vous devriez pouvoir vous mouillez en étant en position accroupie (pour ne pas perdre une goutte), puis comptez en deux pour vous rincer plus deux pour les cheveux s’ils sont longs. Pour être plus à l’aise les Marocains se douchent assis sur des marchepieds car la position accroupie peut être difficile à tenir.

Vous pouvez aussi adopter une autre méthode si elle se pratique dans le pays ou vous êtes : les hammams. L’habitude est d’y allé une fois par semaine, mais cela demande une certaine expérience afin d’être réellement efficace pendant une semaine entière. N’hésitez donc pas à avoir recours aux services proposés sur place, c’est un peu de travail pour eux et un massage vigoureux pour vous !!

Enfin vous pouvez avoir recours à la méthode de nos grands parents : le gant de toilette. C’est finalement celle qui utilise le moins d’eau mais il faut laver les gants…

Bref vous n’avez plus aucune excuse pour dépenser plus de 5 litres d’eau par jour pour vous doucher !

 

Pour vous laver les mains vous pouvez encore utiliser le récipient de 0,5l, et utilisez un verre pour vous lavez les dents.

 

103.jpgPlus vous aller dans un pays où l’eau est rare, plus vous devrez éviter d’avoir des habits à laver sur place. Si vous ne pouvez pas faire autrement, faites tremper votre linge avec de l’eau savonneuse pendant au moins ½ heure.  Utilisez du savon de Marseille, que vous pouvez râper ou acheter  en paillettes, en comptant 1 poignée pour 2 kg de linge. Après avoir frotté, rincez en utilisant un bac, jamais en faisant couler de l’eau sur les habits. Si vous avez plus de 6 kg de linge à laver, faire un lavage en machine sera plus écologique. Vous pouvez jeter les poignées de paillettes directement dans le linge, en comptant toujours 1 poignée pour 2 kg de linge.

 

Enfin préservez toujours les fontaines et les sources d’eau, même dans les pays où l’eau n’est pas rare : n’y mettez jamais les pieds ou du savon.

 


Planifier ses visites (extrait du guide)

Publié le 4/06/2009, par jumeauetjumelle, dans Guide pour un tourisme responsable,

1.) Questions Pratiques

 

Encore cette fois, les trois meilleurs outils sont Internet, les guides de voyages et les offices de tourisme.

Or d’un point de vue environnemental, ces trois outils sont assez mauvais :

-          les  offices de tourisme vous enverront des brochures souvent plus commerciales qu’informatives : posez leurs des questions mais refusez leur documentation, à moins d’être sûr de leur utilité (exemple : une liste des hébergements écologiques, mais si vous en trouvez une, vous êtes très fort…). Cliquez ici pour la liste des offices de tourisme étrangers.

     - les guides touristiques par définition sont d’énormes consommateurs de papier : empruntez à la bibliothèque ou à un ami. Rendez-le avant de partir, et gardez des notes recto-verso !

-          sur Internet vous risquez d’être obligé d’imprimer : prenez aussi des notes, vous perdrez un peu de temps sur le coup mais ce sera du temps de gagné pendant le voyage car vous n’aurez que l’information qui vous intéresse.

 

Vous obtiendrez beaucoup plus d’information sur place : par les Offices de Tourisme locaux mais aussi à l’hôtel et en parlant avec les gens. (Oubliez la barrière de la langue, vous trouverez presque toujours quelqu’un qui aime apprendre les langues et qui sera heureux de pouvoir pratiquer avec vous.)

 

Pour toutes ces raisons, essayez d’avoir une idée de quelques sites que vous voulez voir, et attendez d’être sur place pour changer d’avis…

Dans tous les cas n’oubliez pas qu’un voyage doit être une surprise, il y aura de bonnes et de mauvaises expériences, mais ce seront les vôtres !

 

Vous pouvez donner un thème à votre voyage, selon vos points d’intérêts. Ne vous fixez pas uniquement à ce thème, mais planifiez quelques visites en lien avec lui. Par exemple si vous êtes fan d’un sport, vous pouvez visiter un stade peu connu qui a accueilli le championnat du monde il y a quelques années et qui en gardera certainement des traces. Vous pouvez aussi essayer de rencontrer quelqu’un qui fait le même métier que vous ; si vous ne parlez pas sa langue, apprenez juste à dire « moi aussi je suis (…) ». Il est très important que les locaux se rendent compte que les touristes qui viennent là travaillent eux aussi et qu’ils ont quelque chose en commun avec eux.

 

La carte des lieux visités


Catégories

Liens à voir

Archives

Mes amis

Derniers articles

Recevoir les actus du blog